Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Architecture et environnement au Maroc
Pour la sauvegarde des khettaras au Maroc
Lundi, 23 Janvier 2017 18:16

khettaras-au-maroc

 

 

Les participants à un débat organisé à l’espace Société civile de la zone verte de la COP22 ont plaidé pour la sauvegarde des khettaras, un système ancestral de transport gravitaire d’eau à travers des galeries souterraines artificielles. Un vrai savoir-faire et patrimoine à sauvegarder.


Organisé par la fondation Miftah Essaad pour le capital immatériel du Maroc, cette rencontre a été l’occasion de mettre en avant l’efficacité des khettaras en tant que moyen écologique de canalisation souterrain permettant l’irrigation dans les zones arides et semi-arides au Maroc.
Les intervenants à cet évènement ont passé en revue les dimensions écologiques et patrimoniales des khettaras, notamment en termes de préservation des oasis contre la désertification et la valorisation des ressources hydriques à travers la diminution de l’évaporation et la préservation de la nappe phréatique.
« Les khettaras sont une manifestation de l’adaptation de l’homme à la nature, » a relevé Abdelati Lahlou membre de l’association Meftah Essaad, qui a plaidé pour l’inscription de ces systèmes d’irrigation ancestraux dans le patrimoine de l’humanité de l’UNESCO afin de les pérenniser et de drainer des fonds pour leurs réhabilitations.
Il a ajouté que la COP22 constitue une occasion idéale pour faire connaître le patrimoine écologique marocain et sensibiliser le public quant à l’importance de la valorisation des khettaras.
En cette occasion, les résultats d’une étude menée par la même association en 2014 ont été présentés. Il en ressort que les khettaras, ouvrage technique hydraulique et écologique, contribuent à la lutte contre la désertification et font barrage à l’exode rural.


La même étude a lancé un appel urgent pour la réhabilitation de cet œuvre de canalisations d’eau et avertit que la disparition des khettaras entraînera l’épuisement de la nappe phréatique à cause du recours au pompage excessif des puits d’eau individuels.

 

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n° 145 – Décembre 2016

 

 

 

 

 

 
Le BTP turc au Maroc entre discrétion et efficacité

    Au Maroc, les entreprises de bâtiment et de génie civil turques brillent aussi bien par leurs performances que par la discr...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
EAC : la parole aux étudiants

    Rappel des faits : Créée en 2004 sur initiative gouvernementale, l’Ecole Supérieure d’Architecture de Casablanca est...
 
Marchica Med entame la réhabilitation du canal des Pangalanes

    C’est parti pour Marchica Med à Madagascar. Une délégation d’experts marocains a effectué durant la 2ème semaine de ...
 
AVEO Energie lance ACACIA

    Unique fournisseur d’énergie biomasse au Maroc, AVEO Energie vient de créer en partenariat avec le groupe espagnol EBE, A...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Interview avec Mohamed ZAHID, PDG Menara Holding

    Quels sont les projets phares qui vont être présentés lors de la COP22 ? M.Z : Tout d’abord, je tiens à vous exprim...
 

Plus d'interviews

Changement climatique et Paysage

    L’objectif de l’AAPM est d’assurer une bonne pratique de la profession d’architecte-paysagiste au Maroc et d’œuvr...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.