Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Mohammed Nabil Benabdallah expose les avancées du Maroc en matière du logement et du développement urbain durable PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 08 Avril 2016 09:52

nabil-benabdallah-logement-urabin-durable

 

 

 

 

Mohammed Nabil BENABDALLAH, Ministre de l’Habitat et de la Politique de la Ville, a exposé jeudi 7 avril 2016 à Pretoria, les avancées réalisées par le Maroc en matière de consécration et de promotion du droit au logement en tant que composante essentielle de la politique du Royaume visant à garantir un développement urbain durable.


Dans son allocution à cette occasion, Monsieur le Ministre a évoqué la question des quartiers informels et des bidonvilles qui représente pour le monde en général et le Continent africain en particulier, l’un des grands enjeux de l’urbanisation en ce début de 21ème siècle, et sur lequel sont interpellés les Etats, les gouvernements et les collectivités territoriales.
Monsieur le Ministre a souligné que le fait que la République d’Afrique du Sud propose que soit traitée la question des taudis à Habitat III traduit la pertinence d’une telle problématique, alors que la population mondiale vivant dans les bidonvilles devrait avoisiner 900 millions d’habitants en 2020, soit près d’un habitant sur quatre en milieu urbain qui vivra dans des conditions précaires. En effet, l’ambition de conduire le changement dans les villes, pour évoluer des bidonvilles vers des établissements humains intégrés, sûrs, résilients et durables nous semble plus que jamais à l’ordre du jour. Il s’agit d’un véritable défi pour l’Afrique, où plus de 60% des citadins vivent dans de l’habitat informel, tendance que monsieur le Ministre explique par trois facteurs :


· Une urbanisation rapide, résultat de la croissance démographique et de l’exode rural;
· Un manque d’emplois urbains décents ;
· Une insuffisance de planification et de gestion maîtrisée des villes.


Abordant dans ce sens, Monsieur le Ministre a avancé que des solutions existent à ce phénomène, tels que le démontrent les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine qui ont développé des programmes ambitieux de réduction des quartiers informels, en s’appuyant sur des politiques volontaristes. Il a rappelé également que ce sont ces politiques publiques inscrites dans la durée, soucieuses d’intégration sociale et de réduction de la pauvreté, qui ont réuni à Rabat, en 2012 et en partenariat avec ONU-Habitat, une conférence internationale sur le thème : « Sortir des bidonvilles : un défi mondial pour 2020 ». Organisée autour des vingt pays les plus performants en matière de réduction de l’habitat insalubre à travers le monde.


Le Royaume du Maroc, qui appuie la démarche de l’Afrique du Sud de porter la question des établissements humains et quartiers informels à Habitat III, propose que cet objectif constitue un véritable instrument de plaidoyer en faveur de l’habitat des pauvres, pour l’accès à un logement décent et abordable, et intègre pleinement la feuille de route du Nouvel Agenda Urbain à l’horizon 2030. En effet, Monsieur le Ministre a rappelé que la question des quartiers informels et des bidonvilles se trouve aujourd’hui au cœur du débat sur la ville et les droits de l’Homme. Les hommes et les femmes sont au cœur de la Cité ; citoyens et acteurs de la ville, ils ont droit à la dignité, à un cadre de vie décent et à l’accès aux services essentiels, notamment le logement, l’éducation, la santé, l’emploi, les transports publics et la sécurité. Autant d’éléments qui participent du droit à la ville.


Le Maroc, qui souscrit à ce droit, a inscrit dans sa Constitution de 2011 le Droit au logement, associé au droit à l’eau et à un environnement sain, aux soins de santé et à la protection sociale. Il n’est pas sans rappeler que ce droit au logement est à situer dans le prolongement du programme national « Villes sans bidonvilles », lancé en 2004 sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et destiné à ériger la question du logement en axe d’intervention majeur de la cohésion sociale et de la dynamisation économique.
Monsieur le Ministre a ensuite précisé que jusqu’à décembre 2015, 55 villes et centres étaient déclarés sans bidonvilles sur les 85 villes concernées. Plus de 1.300.000 habitants ont ainsi vu leurs conditions d'habitat s'améliorer, soit un taux de réalisation de 80% des ménages, pour les opérations achevées ou en cours d’exécution. Toujours est-il que ce programme doit sa réussite à cinq facteurs :


· Des politiques publiques volontaristes et d’échelle nationale ;
· Des initiatives couvrant l’ensemble du territoire, dans le cadre de politiques d’intervention nationale mais aussi locale, sur la base de modalités contractuelles impliquant l’ensemble des partenaires concernés ;
· Une continuité de mandat politique et la préservation d’un programme sur la durée ;
· L’intégration de la question du logement comme facteur de développement économique et pourvoyeur d’emplois ;
· Le développement de cadres de partenariat, notamment public/privé.


Et c’est dans ce contexte que le Maroc a complété, en 2012, le volet de l’Habitat par celui de la Politique de la ville. Cette nouvelle attribution traduit l’intérêt grandissant pour la ville et son développement, dans un contexte de croissance urbaine et de forte demande locale, et se veut un instrument qui prône une convergence des politiques territoriales.
En mot de la fin, Monsieur le Ministre a enjoint à l’ensemble des présents, de venir participer au premier « Forum Ministériel Africain sur l’Habitat et le Développement Urbain », organisé par le Ministère de l’Habitat et de la Politique de la Ville conjointement avec ONU-Habitat, et qui se tiendra à Rabat les 11 et 12 mai 2016 sur le thème « Politiques urbaines et développement durable ». Son objectif est de contribuer au processus préparatoire à Habitat III par une conférence thématique portant sur les politiques de la ville et leur articulation au développement durable.

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.