Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

EL MOUMNI LAHBIB & REDA CHANNANE remportent la 4° édition du Forum des HOLCIM AWARDS
Lundi, 16 Septembre 2013 13:23

 

 

Lahbib el Moumni (5ème année) et Reda Channane (PFE), deux étudiants de l’Ecole d’Architecture de Casablanca, ont remporté le 1er Prix de la 4ème édition du Forum des Holcim Awards, en avril, à Bombay. Leur projet consacré à l’ancienne médina de Tétouan a séduit par la clarté et la pertinence de ses solutions. Comme le titre de leur projet l’indique, c’est à la pince et au scalpel que les deux étudiants proposent d’opérer. Leur projet consiste à intervenir sur une rue de 1 km de long, à la limite de l’ancienne médina du XVème siècle et de son extension bâtie pendant le protectorat et après l’indépendance. Cette rue présente aussi une connexion physique entre le marché « Bab Nouader » et la ville coloniale. Le travail proposé par les deux futurs architectes vise à améliorer la qualité de vie des résidents par des interventions à petite échelle sur l’espace public de la rue. Le projet, simple au premier abord, est pourtant très complexe de par les enjeux qu’il inclut : pressions du développement urbain sur la médina, construction durable, formes de vie des communautés et interactions sociales. La voie concernée constitue un exemple représentatif de l’état de décrépitude dans lequel est tombée l’ancienne médina de Tétouan. La rue est très accidentée (11% de pente), ce qui rend le déplacement piéton parfois difficile. Durant la saison pluviale, la rue devient une rivière au vrai sens du terme, en raison de la topographie et du manque d’infrastructure. Les habitants du quartier sont contraints de faire un détour de plus de 2 km.

 

De plus, l’infiltration des eaux dans les fondations des anciennes maisons les affaiblissent. Les habitations qui se sont effondrées, et celles qui menacent de le faire, en témoignent. REINVESTIR LES ESPACES PERDUS Une analyse détaillée du site a permis aux étudiants de repérer des zones abandonnées sur les deux rives de la rue.

Elles font aujourd’hui office de vide-ordures ou constituent tout simplement des espaces vides. Lahbib el Moumni et Reda Channane ont pensé à réinvestir ces espaces pour les rendre aux résidants, en les aménageant en espaces publics ouverts aux marchands ambulants de « jbel derssa» et à la population locale, en proposant des zones d’ablution et des espaces pour les jeux de table (el partché).

 

Tout au long de la rue, ils recommandent d’installer des bancs et des zones de repos qui serviront aussi à protéger les fondations des maisons. Selon le projet, une zone de stagnation des eaux pluviales, créant des problèmes sanitaires dans le quartier, deviendrait un espace d’agriculture urbaine destiné aux femmes de « Jbel Derssa ».

Toujours dans cet esprit de revalorisation et de régénération de la rue, les étudiants avancent que la médina est devenue trop confinée et qu’une ouverture vers la ville est nécessaire. Ils recommandent d’ouvrir certaines ruelles en des points stratégiques et d’y installer un belvédère qui donne sur « Jbel Bouaanan » et les montagnes du Rif. Pour ralentir le débit d’eau pluviale accumulée sur la rue, Lahbabi el Mounir et Réda Chanine proposent enfin d’installer des collecteurs d’eau pluviale.

 

Cette eau serait utilisée pour le nettoyage du marché, les espaces verts et l’agriculture urbaine, sans même devoir être recyclée. L’intervention des deux futurs architectes s’inscrit finalement dans une approche particulièrement didactique. Ce regain d’intérêt pour cette médina aujourd’hui presque « bidonvillisée », est un exemple à prendre en compte et à multiplier. Le Maroc a aujourd’hui besoin d’expériences locales qui, à l’instar de ce projet, touchent de prés la communauté directement concernée.

 

Fatima-Zahra Benhamza

Architecte

 

Paru dans A+E Architecture et Environnement au Maroc

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.