Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

La culture marocaine au cœur de la capitale française
Évènements - Forums - Séminaires - Salons
Mardi, 26 Avril 2016 14:05

ccm-exterieur

 

 

L’ambition de ce Centre culturel du Maroc à Paris (CCM) est de s’inscrire dans la scène culturelle parisienne. Il a pour objectif de faire rayonner la culture marocaine contemporaine et d’animer la production culturelle de la communauté marocaine en France. Véritable trait d’union entre les deux pays, le CCM participe d’un renouveau de la politique culturelle.


Le lieu choisi pour implanter le CCM est particulièrement symbolique, le 115 Bd St Michel, Paris 5e, l’un des hauts lieux de la présence du Maroc à Paris. Depuis les années 30, le 115 est le siège de l’AEMNA (l’Association des étudiants musulmans et nord-africains). Faire revivre ce lieu est aussi un projet de mémoire et de patrimoine. Contrairement à d’autres centres culturels à Paris, le CCM est situé en plein cœur du quartier latin et étudiant et pourra ainsi devenir un des repères culturels de Paris.


Le bâtiment actuellement existant est dans un profond état de délabrement et sera démoli. Pour le nouvel édifice, les architectes voulaient proposer un projet qui soit à la fois profondément parisien et intimement marocain. Il a donc fallu éviter les présences architecturales symboliques et anachroniques. Ils ont cherché non pas à imposer une tradition architecturale ou même une écriture d’un autre temps ou d’un autre lieu, mais à exposer des expériences communes dans la grande tradition architecturale et urbaine marocaine et le tissu parisien.
La ruelle médiévale qui se retrouve aussi bien dans les médinas marocaines que dans le tissu médiéval parisien du quartier latin est le point d’ancrage de ce projet. La ruelle : c’est à la fois un passage mais aussi une expérience spatiale de compression et de verticalité. La parcelle du CCM traverse l’îlot entre le boulevard St Michel et la rue Henri Barbusse. Cette typologie a permis de faire de l’ensemble du bâtiment un territoire traversé. L’espace au rez-de-chaussée dédié aux galeries d’exposition est conçu comme un lieu public traversé.
La tradition savante de l’architecture marocaine est aussi une réflexion intime sur la composition de l’espace par l’agencement de ses parties, du motif de la surface, à la pièce, au bâtiment et à la ville : la ville est une maison et la maison est une ville. Ce projet culturel d’envergure se fabrique par l’accrétion d’une dizaine de volumes qui s’articulent à la fois dans la profondeur de la parcelle et dans la verticalité. Cette composition fait glisser continuellement les effets de l’échelle architecturale.


Ici, ce n’est pas dans les surfaces intérieures que le motif existe comme dans la tradition marocaine, mais il s’interprète dans la peau du bâtiment. La façade est une marqueterie de verre composée d’un module unique mais traitée avec des degrés d’opacité différents et en travaillant les inclinaisons. Le projet s’exprime par familiarité et réminiscence plutôt que par la forme et les signes à la culture marocaine qui s’invite à Paris.
Le Centre culturel du Maroc à Paris se développe sur 1 360m², dont le tiers ouvert au public. Les six étages, dont un au sous-sol, hébergeront le centre culturel (un café au rez-de-chaussée, une bibliothèque, une galerie et un auditorium). Un étage sera réservé à l’administration, alors que les derniers trois niveaux accueilleront des bureaux en location, ce qui permettra l’indépendance économique de l’établissement. Le coût de construction prévu est de l’ordre de 7 millions d’euros.


Architectes : Tarik OUALALOU / Lina CHOI

 

Paru dans A+E Architecture et environnement au Maroc #8 //2016

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.