Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Architecture et environnement au Maroc
Extension de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales - Kénitra, La lumière pour capter le savoir
Mardi, 03 Mai 2016 11:09

extension-faculte-juridique

 

 

Au sud-est de la ville de Kenitra, à la lisière de la Maâmora, l’une des plus importantes subéraies du monde, l’université Ibn Tofaïl a été édifiée en 1989. En 2003, le campus universitaire se dote d’une faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, dont l’extension voit le jour en 2011. Les doubles hauteurs, les patios en enfilade, l’ouverture zénithale… tout y est pensé pour se faire rencontrer étudiants et enseignants, et faire pénétrer la clarté au cœur du bâtiment.


En franchissant le portail de la faculté de sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES) de Kénitra, à travers le parc de l’université Ibn Tofaïl, orné de chênes-lièges, d’eucalyptus, de mimosas et autres arbustes, on remarque sur la droite deux bâtiments quasi identiques, aux toitures arquées, qui sont l’œuvre de l’architecte Bernard Ghesquiere.
Le bâtiment de gauche est la FSJES, et celui de droite - plus petit - dont il est question ici, est l’extension de cette dernière.
L’entrée se fait par trois doubles portes vitrées, dont l’imposte atteint 5,80 mètres. Elles débouchent sur un large hall en double hauteur, traversé en son milieu d’une passerelle métallique. L’espace s’ouvre sur les côtés sur deux patios plantés conférant, ainsi que les verrières au plafond, une grande clarté au lieu. La structure de la passerelle est en profilés d’acier IPN peints en blanc. Son tablier habillé de bois, relie l’aile gauche et l’aile droite de l’administration.


Au rez-de-chaussée, le bâtiment comprend l’administration, deux grandes salles de cours ainsi que cinq plus petites, quatre salles d’informatique, et deux amphithéâtres de 300 places chacun. À l’étage, on trouve l’administration puis deux grandes et deux petites salles de cours, ainsi que deux terrasses.
En plan, le projet s’organise autour de trois « bandes » horizontales, délimitant trois espaces distincts. Ainsi, du sud au nord, on trouve d’abord l’entrée, avec la zone d’accueil et de contrôle de l’établissement, les bureaux administratifs, puis une circulation longitudinale, prenant la forme d’une passerelle métallique à l’étage. La deuxième « bande », elle, comprend les salles de cours et une zone tampon ouverte sur deux patios plantés.


La dernière « bande » se compose des salles d’informatique, de deux amphithéâtres, des salles de cours, ainsi que de deux terrasses avec vue sur la forêt de chênes-lièges.
Ces deux « bandes » sont séparées par ce que l’architecte nomme la « colonne vertébrale du projet » : un axe de distribution rythmé par des poteaux de couleur rouge vif, longeant cinq patios en enfilade. Cet axe est-ouest permet, si besoin est, d’agrandir le bâtiment.


À l’étage, la circulation que forme l’axe de la « colonne vertébrale » transversale est constellée de sky dômes en son centre et sur les côtés, elle est ouverte sur les patios plantés de l’étage inférieur. À l’ouest de la circulation, une courte passerelle de béton amène à une terrasse exposée nord. À l’est, une seconde passerelle relie le couloir à une terrasse côté sud.
L’architecte a voulu, pour apporter de la douceur à ces lignes et ces volumes orthogonaux, insérer des courbes douces et un maximum de lumière pour adoucir et en quelque sorte, féminiser le projet. On note donc en plan, d’une part le léger arrondi formé par la double volée d’escaliers menant aux amphithéâtres, et d’autre part, les toitures qui sont formées de coques en béton. Les multiples patios apportent de la lumière naturelle et créent des espaces conviviaux, propices aux rencontres et à l’échange. Les passerelles et les ponts rendent les grands volumes plus vivants. Les seuls matériaux ostentatoires, si tant est qu’ils le soient, sont ici le marbre au sol, et l’acier inoxydable des garde-corps…mais en réalité, le réel luxe dans ces lieux n’est autre que la lumière.

CABINET DIARCHITECTURE BERNARD GHESQUIERE & ASSOCIES
Auteur : Salwa BOUCHAREB
© Cabinet Bernard GHESQUIERE

 

Paru dans A+E Architecture et environnement au Maroc #8 //2016

 

 

 
Le BTP turc au Maroc entre discrétion et efficacité

    Au Maroc, les entreprises de bâtiment et de génie civil turques brillent aussi bien par leurs performances que par la discr...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
EAC : la parole aux étudiants

    Rappel des faits : Créée en 2004 sur initiative gouvernementale, l’Ecole Supérieure d’Architecture de Casablanca est...
 
Marchica Med entame la réhabilitation du canal des Pangalanes

    C’est parti pour Marchica Med à Madagascar. Une délégation d’experts marocains a effectué durant la 2ème semaine de ...
 
AVEO Energie lance ACACIA

    Unique fournisseur d’énergie biomasse au Maroc, AVEO Energie vient de créer en partenariat avec le groupe espagnol EBE, A...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Interview avec Mohamed ZAHID, PDG Menara Holding

    Quels sont les projets phares qui vont être présentés lors de la COP22 ? M.Z : Tout d’abord, je tiens à vous exprim...
 

Plus d'interviews

Changement climatique et Paysage

    L’objectif de l’AAPM est d’assurer une bonne pratique de la profession d’architecte-paysagiste au Maroc et d’œuvr...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.