Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Interview : Le style Moretti pour la postérité
Mardi, 24 Juin 2014 15:58

raffaele moretti

 

Interview Raffaele Moretti, architecte.


Raffaele Moretti est né le 17 avril 1936. Il est, dit-il, passé par trois périodes. La première ou il a appris grâce aux artisans sur chantiers. La seconde période riche en innovations, dans l’échange permanent avec les professionnels. Et la troisième, celle de la restitution de ce savoir. Entretien avec cet architecte qui aura donné son nom à un style bien particulier.


A+E // Moretti ! Ce nom est connu depuis ma tendre enfance quand ma mère m’emmenait chez le pédiatre, le Dr Rémi Pichon, qui avait son cabinet dans ce bel immeuble.

 

Cet immeuble a été construit par mon grand père : il en était aussi propriétaire. C’est pour cela qu’il porte son nom : l’Immeuble Moretti ! Quand mon grand père qui porte exactement le même prénom que moi a acheté ce terrain, au début du siècle passé, pour construire ce bel édifice, il y avait la CTM et un commissariat de police qui bloquaient l’avenue des Far qui n’existait pas encore en 1935. Alors mon grand père a fait un deal avec le vendeur « Je te paye la moitié du terrain aujourd’hui et quand ils dégageront la CTM je te payerai le reste ». Or celle-ci n’a été dégagée que 15 ou 20 ans après et mon grand père a payé l’autre moitié de la transaction avec l’ancien prix.

 

A+E // Comment, en tant qu’Italien, installé en territoire sous occupation Française, avez-vous vécu la seconde guerre mondiale ?

 

R.M // Quand la guerre a éclaté, les Italiens, étant ennemis des Français, se sont retrouvés au Maroc dans une mauvaise situation. On a été expulsés de nos appartements et toute ma famille a été concentrée dans une villa qui lui appartenait rue Jean Jaque Rousseau. Nous, les enfants, étions très contents parce qu’on se retrouvait entre cousins et cousines ce qui nous permettait de nous amuser comme des fous dans cette promiscuité. Ça a duré jusqu’en 1946.

 

A+E // Comment a été suscité votre intérêt pour la construction ?

 

R.M // J’avais 10/12 ans lorsque mes oncles et mon père construisaient dans les années 50. J’allais souvent sur les chantiers avec eux et c’est là ou j’ai pris le virus de la construction. Le métier d’architecte s’est imposé à moi comme une évidence.

 

A+E // Et l’architecture ?

 

R.M // Après mes études au Lycée Lyautey de Casablanca et l’obtention de mon Baccalauréat Mathélem en 1958, je suis parti en Italie pour faire architecture à la Faculté Polytechnique de Turin de laquelle ou j’ai été diplômé en 1963 avec la ferme intention de revenir au Maroc une fois le diplôme obtenu. Une fois rentré, j’ai ouvert un cabinet à Casablanca avec Livio Pistolesi puis je me suis associé en 1964, dans une agence à Agadir, avec Alain le Gaster venu pour la reconstruction.

 

A+E // Où avez-vous débuté votre carrière d’architecte ?

 

R.M //Mes premières armes je les ai faites à Agadir. Dans le cabinet, j’avais 3 projectrices allemandes qui dessinaient avec un souci singulier du détail. Ce sont elles qui m’ont données le virus et le goût du détail au niveau de la planche à dessin. À mon niveau, je me perfectionnais dans le suivi des chantiers. Par la suite j’ai rencontré d’excellents entrepreneurs comme Chisari ou Messina, des staffeurs formidables comme Guidéra ou Italiano, des menuisiers comme Tormina ou Fellah, des ferronniers comme Garuzzo… Un jour ou je sautillais sur un plancher pour vérifier si le granito ne sonnait pas creux, un entrepreneur, Haj Brahim, m’a dit : « Vous êtes venus pour vérifier ou pour faire des claquettes ? » .

 

A+E // Donc se sont les artisans qui vous ont formé ?

 

R.M //Le chantier et les artisans, c’est la vraie école. Tous mes projets ont été accompagnés de très nombreux détails que je donnais aux entrepreneurs pour l’exécution et au maître d’ouvrage pour son dossier. Mes détails d’exécutions se sont retrouvés un peu partout chez les promoteurs immobiliers qui les utilisaient pour faire des immeubles confiés à d’autres architectes. Une fois que je passais devant un chantier, en cours de finition, j’ai vu le propriétaire, un ancien client à moi, qui était devant l’immeuble. Je m’arrête devant lui et je lui dis « que vous ne veniez pas chez moi, c’est votre droit, mais que vous reproduisiez à l’identique ce que je fais ce n’est pas normal. Au moins variez un peu ! ».

 

A+E // On peut dire que vous êtes derrière un style particulier ?

 

R.M //Je ne l’ai pas fait exprès. Mes premiers clients m’ont demandé de faire des maisons de type provençal tout en voulant y inclure la tradition marocaine. Et je pense qu’un architecte doit répondre aux besoins et désidératas de ses clients. Les nombreuses villas et immeubles que j’ai conçus ont plu dès le départ. Puis de maison en maison et d’immeuble en immeuble, je suis resté enfermé dans ce style qu’on appelle aujourd’hui le « style Moretti ». Depuis beaucoup de clients demandent à leurs architectes de leur faire une maison dans mon style.

 

A+E // Et la retraite dans tout cela ?

 

R.M //Je range mes dossiers, je fais le bilan de ma carrière et je joue au golf.

 


Paru dans A+E Architecture et environnement au Maroc N°2 – 1erT, 2014

 

Entretien réalisé par Fouad Akalay

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.