Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Charaf Benouataf : Artisan du verre
Mardi, 24 Mars 2015 09:41

benouattaf-charaf

 

Depuis 24 ans, les intérieurs marocains, villas, ryads et grands palais, se parent de mille couleurs grâce à des créations en verre réalisées sur mesure. Charaf Benouattaf, maître-verrier, en est le chef d’orchestre. Cet ancien guide touristique est passionné de vitraux, ce qui l’a amené à créer et développer cet artisanat au Maroc. Considérant que « le verre est le maillon manquant de l’artisanat marocain », il s’emploie depuis ses débuts à donner ses lettres de noblesse à ce métier, « alliage » de la passion et du savoir-faire.


Charaf Benouattaf possède deux entreprises spécialisées dans le verre. La première « Artisan du verre », créée en 1990, s’occupe de tout le travail à chaud, entièrement manuel, permettant de créer des objets thermocollés et thermoformés, ainsi que la création de vitraux pour la réalisation de coupoles, vitraux, plafonniers, fenêtre, portes, cloisons etc. La seconde, « Artisan verrier », créée il y a 8 ans, apporte une valeur ajoutée à la première en proposant de la miroiterie. Cette activité semi-industrielle travaille le verre à froid pour proposer tables, tours à parfums, vitrines, miroirs rétroéclairés, consoles, vasques, cabines de douche etc. Bien sûr, les deux entreprises se complètent puisque les éléments de l’une s’assemblent parfois aux éléments de l’autre.
Les ateliers de 3000m2 se situent à Dar Bouazza, où 25 ouvriers spécialisés coupent, collent, fondent, soudent, sertissent... Le show-room de Casablanca propose des produits finis de décoration alors que celui qui va ouvrir prochainement à Dar Bouazza exposera les produits lourds, tels que lustres, cabines de douche, grands miroirs etc.
C’est donc une gamme complète et unique de produits que Charaf Benouattaf propose, en s’adaptant sans cesse à la clientèle et à la mode.


A+E // Quels sont les vitraux qui vous touchent ?


Charaf BENOUATTAF // La visite de la cathédrale Notre-Dame de Lourdes à Casablanca a été un véritable déclic pour moi. Puis, grâce au travail du grand maître-verrier français Gabriel Loire, j’ai découvert et visité plusieurs fois celle de Chartres, qui est ma passion. J’aime beaucoup les vitraux Art Déco et au Musée des Arts Décoratifs à Paris, il y a des vitraux Art Nouveau extraordinaires. Tout cela motive et stimule.


A+E // Où puisez-vous votre inspiration ? Quels sont les thèmes de vos créations ?


C.B // C’est en me rendant sur les lieux et en écoutant les désirs du client que l’inspiration se fait. Mes suggestions sont ensuite transmises à mon épouse Bouchra, peintre de formation et créatrice de vitraux, qui travaille sur le projet avec le client.
Aujourd’hui, nous avons réalisé tellement de vitraux que nous pouvons très rapidement suggérer des projets personnalisables.
A part les vitraux religieux, il existe peu de créations. Nous avons donc dû créer notre propre catalogue qui est, selon moi, une véritable richesse et un patrimoine pour le pays.
Concernant notre style, nous suivons vraiment les tendances. Jusqu’à il y a 5 ou 6 ans, les demandes étaient très classiques, de style victorien, français. Les maisons à décorer étaient souvent Art Déco. Actuellement, la clientèle se tourne vers le contemporain.


A+E // Quelles sont les caractéristiques du verre ? Qu’apporte-t-il à un lieu ?


C.B // Le verre est un matériau moderne, contemporain, transparent, solide. Il protège du vent, du froid, peut être décoratif, se voit ou ne se voit pas en fonction des envies. C’est un matériau d’exception par tous les avantages qu’il offre et surtout par sa modernité.
Le verre apporte beaucoup à un lieu. Il peut sublimer la lumière. Il enjolive, apporte une touche de poésie, une âme. Il est transparent, fragile et solide à la fois. C’est un matériau extraordinaire. Enfin, il y a la couleur, les textures, la composition etc, qui fait que l’on reste émerveillé devant une réalisation.
Ce n’est pas pour rien que l’on retrouve l’emploi du verre dans les lieux religieux, églises, synagogues et mosquées. Il a un côté divin, presque surnaturel !


A+E // Justement, quels sont les matériaux qui se marient bien au verre ?


C.B // Le bois, le marbre, et tout matériau dur, s’il est façonné, peut servir de support et magnifier le verre.
Dans nos créations, nous utilisons parfois des matériaux précieux, tels que l’or véritable et le platine. C’est une valeur ajoutée considérable au verre.
Pour l’or, soit l’on travaille la feuille d’or à froid en la collant, soit l’or est incrusté dans la matière à chaud. Il est également possible de l’emprisonner entre deux couches de verres.


A+E // Parlez-nous de votre travail de recherche et développement


C.B // Notre atelier est un trésor pour le pays car il représente 24 années de recherche et développement. Nous travaillons sans cesse sur la composition moléculaire du verre pour faire évoluer ce matériau qui réagit, qui bouge, et qui vit ! Nous apprenons à maîtriser le four et sa température, les matières associées ensemble, les moules… Parfois, c’est par accident que l’on arrive à des résultats heureux !

Les vrais secrets d’atelier se découvrent par soi-même. Si ce métier est mon gagne-pain, il est aussi ma passion. Et c’est grâce à elle que j’ai fini par maîtriser mon travail. Mais ma hantise est que tout ce patrimoine parte en fumée et qu’il n’y ait personne pour prendre ma suite.

 

 

 

A+E // Pourquoi les grands hôtels font-ils appel à vous ?


C.B // Ils font appel à nous grâce à la richesse de nos produits et notre savoir-faire. Souvent, les grandes chaines ont des décorateurs européens qui n’imaginent pas trouver ce qu’ils souhaitent au Maroc. Or, nous avons presque toujours une réponse ou une technique qui correspond à leur demande. J’aimerais que davantage de professionnels viennent nous rencontrer.


A+E // Pouvez-vous nous citer l’une de vos plus belles réalisations ?


C.B // Il faut savoir que nous sommes peut-être le numéro un mondial avec plus de 600 coupoles posées. Notre fournisseur voulait même nous inscrire au Guinness des records ! Notre plus grosse réalisation est une coupole de 9m de diamètre installée dans une salle des fêtes de Tanger. C’est une première au Maroc.


A+E // Avez-vous une idée folle, un rêve ?


C.B // Je regrette qu’il n’y ait pas de vitraux dans nos mosquées. Ce n’est pas acceptable. Malgré mes démarches et mes propositions, les arguments qui me sont donnés en haut lieu est que le vitrail ne fait pas partie de la tradition musulmane. Mais la mosaïque et le staff non plus ! Ils ont été ramenés des contrées traversées par les musulmans. L’Islam a toujours accepté la nouveauté. L’artisanat doit évoluer et s’adapter !
Mon rêve serait donc de décorer des mosquées. Il y en a de très belles en Algérie et en Turquie, et partout dans le monde musulman mais rien au Maroc. Nous sommes pourtant capables de faire des choses aussi belles. Cela pourrait enjoliver nos mosquées et créer de l’activité. C’est un débouché pour l’artisanat.


Entretien realisé par Lorraine PINCEMAIL
Crédit photos : Studio GHAZAL


Paru dans A+E Architecture et Environnement au Maroc. N°4 - 3° trimestre 2014

 

 

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.