Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Interview : Mehdi LAHLOU, Professeur à l’Institut National de Statistique et d’Economie Appliquée-Lauréat de l’Energy Globe Award
Jeudi, 21 Janvier 2016 10:01

mehdi-lahlou

 

 

Qu’est ce qui vous a poussé à participer à l’Energy Globe Award ?


M.L : Dans le cadre de mon association ACME-Maroc (Association pour un Contrat mondial de l’Eau) – je suis engagé depuis plus de 20 ans dans des débats autour des questions de l’eau et de la protection de l’environnement. Quant à mon engagement dans l’enseignement et de son importance pour l’économie et la société, il remonte à beaucoup plus longtemps. Je suis, en effet, professeur d’enseignement supérieur depuis le début des années 1980, et j’étais membre du Bureau national du Syndicat de l’enseignement supérieur entre 1986 et 1993. Aussi, mes actions sur ces thématiques, dont on découvre aujourd’hui seulement combien elles sont importantes au Maroc également, sont connues à l’international, en Europe et dans le reste du Maghreb notamment. En conséquence, de nombreuses personnes et institutions étrangères se sont intéressées à ce que je soutiens et ce que je fais.


Comment s’est fait le contact avec les organisateurs du Energy Globe Award ?


M.L : Justement, c’est dans ce contexte que la Fondation autrichienne Energy Globe s’est adressée à moi pour me demander de lui envoyer un document de synthèse relatant ce que nous faisons dans le cadre de nos actions à l’ACME-Maroc pour garantir l’accès à l’eau pour tous au Maroc et aussi pour faire le lien – de mon point de vue évident dans notre pays – entre éducation, accès à l’eau, protection de l’environnement et développement économique et social. C’est dans ce cadre aussi que nous nous sommes engagés depuis 2007 au Maroc dans de nombreuses mobilisations pour reconnaître l’accès à l’eau comme un droit humain fondamental et pour l’inscription de ce droit dans le texte constitutionnel du pays. Ce qui a été fait lors de la réforme constitutionnelle de 2011 (Article 31 de la nouvelle constitution .


Avez-vous déjà participé à d’autres compétitions du même genre ?


M.L : Non, jamais. Cela n’est ni mon objectif personnel ni celui de l’association que je préside. Nos projets sont au service de la population dans son ensemble dans notre pays, et des plus démunis en particulier, puisque ce sont ceux-là qui souffrent des difficultés d’accès, aussi bien à l’école qu’à l’eau.
Parlez-nous un peu de votre projet « Le droit à l’accès à l’eau et à l’éducation » ?
M.L : Ce projet vise à faire le lien entre le droit à l’eau et le droit à l’éducation. Partant, notamment, du constat que rendre effectif le droit d’accès à l’eau permet notamment aux jeunes filles d’aller à l’école - puisqu’elles sont le plus souvent privées d’éducation en raison du fait que ce sont le plus souvent les femmes qui sont chargées de la corvée de l’eau –, le projet considère que mettre l’eau à la disposition des familles leur permet à la fois de satisfaire leurs besoins en cette ressource vitale et leur donne la possibilité de libérer tous leurs enfants pour aller à l’école. Le projet a aussi pour but de faire prendre conscience aux jeunes élèves que la préservation de l’eau est fondamentale pour leur avenir et celui de l’humanité entière.

 

Quelle est la genèse de votre association et quels évènements a-t-elle à son actif ?


M.L : Depuis 2006, date de création de l’Association pour un Contrat Mondial de l’Eau (ACME-Maroc), à l’initiative du Professeur Mehdi Lahlou, cette association a organisé plusieurs manifestations au sein des écoles, dans des centres éducatifs et autres structures de formation, à l’occasion notamment de la Journée mondiale de l’eau (20 mars de chaque année) et de la Fête de l’eau au Maroc (20 mai de chaque année), pour demander l’inscription du droit d’accès à l’eau pour l’ensemble de la population dans la constitution marocaine. (Cela a été réalisé dans le cadre de la réforme constitutionnelle que le Maroc a connue au mois de juillet 2011, voir ci-après).

Par ailleurs, les actions de tous ordres menées dans de nombreuses écoles à travers le Maroc, avec les élèves et leurs enseignants, ont conduit à former chez les uns et les autres une conscience plus élevée des défis liés à l’eau que le Maroc affronte. Elles ont aussi induit de nouveaux comportements pour réduire le gaspillage de l’eau, aussi bien dans les écoles qu’au sein des familles des élèves. A ce propos, des concours ont été organisés et des prix ont été proposés aux élèves pour aider leurs familles à mieux contrôler la consommation d’eau et d’électricité dans leurs foyers. En outre, les conditions de vie ainsi que de travail des élèves dans leurs écoles ont été améliorées par quatre actions:


1. La plantation d’arbres à l’intérieur et dans les environs des écoles
2. La création de petits bassins d’eau dans ces mêmes écoles
3. L’éducation à la propreté des lieux, et plus particulièrement celle des toilettes.
4. La recherche et l’installation d’équipements informatiques


Quelle est la valeur ajoutée de cette victoire à votre projet ?


M.L : Cette distinction est venue de l’étranger, comme cela se passe très souvent dans notre pays pour des projets qui ne sont pas réalisés dans un cadre officiel. Elle nous permet une plus grande visibilité et exprime aussi la crédibilité et l’importance de nos actions pour les populations avec lesquelles nous travaillons (élèves, parents d’élèves, cadres enseignants et administratifs avec lesquels nous sommes en contact, autres associations nationales et internationales, etc…). Nous sommes ainsi encore plus motivés à aller de l’avant dans la réalisation de nos divers objectifs.
Par ailleurs, le Maroc doit recevoir la COP 22 au mois de novembre 2016. Ce sera pour nous l’occasion de mettre l’eau et l’accès à l’eau au centre des débats, national et international, autour du réchauffement climatique. Puisque, jusqu’à aujourd’hui, et paradoxalement, cette ressource vitale ne figure pas dans l’agenda de telles conférences mondiales, alors même que les problèmes de disponibilité et d’accès à l’eau sont à la confluence de toutes les conséquences négatives des dérèglements climatiques qui s’aggravent de par le monde


Avez-vous d’autres projets similaires en vue ?


M.L : Continuer tous les projets évoqués ci-dessus avec plus de détermination et faire en sorte d’en élargir la portée dans l’espace géographique (maghrébin et arabe) qui est le nôtre

 

Paru dans CDM, Chantiers du Maroc n° 134 – Decembre 2015

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.