Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

La lumière et le métier d’illustrateur
Mercredi, 09 Mars 2011 11:04

 

La lumière et le métier d’illustrateur


François Garcia-Panzani, est diplômé des Beaux-Arts de Saint-Etienne en publicité dès 1972, fondateur de l’Ecole supérieure d’arts graphiques et de communication visuelle de Marseille puis de celle de Toulouse. Son talent est reconnu par des maisons d’éditions mais aussi des revues, des entreprises publiques et privées. Il a accepté un exercice difficile pour lui, celui de célébrer la lumière non pas par le dessin mais par les mots.


Architecture du Maroc Pour ce numéro consacré à la lumière, Architecture du Maroc a voulu se rapprocher d’autres professionnels qui travaille en 2D mais réfléchissent en 3D. Quelle est votre impression sur la lumière et comment la gérez-vous dans votre profession d'illustrateur ?

 

François Garcia-Panzani.

Durant toutes mes années de professionnel de l'illustration, la lumière a été ma compagne. En effet, comment peut-on penser représenter un objet, un paysage, un personnage, sans prendre en compte celle-ci. C'est la lumière qui va définir les formes, les architectures, les distances, mais aussi le temps si ce n’est l’heure qu’on a choisi de dessiner.

 

AM : Vous voulez dire qu’un illustrateur se projette dans un moment donné du jour ou de la nuit avant de dessiner ? Pourtant, l’éclairage d’aujourd’hui est tellement sophistiqué qu’on pourrait s’y tromper… ?

 

C’est les nombreux petits éléments qui font notre quotidien qui procurent de la vraisemblance à l’image. La lumière est ainsi toujours présente dans la réalisation d'une image. De la même façon qu’un architecte pense à la luminosité des espaces qu’il conçoit, l’illustrateur fait «» l’objet, le paysage, le personnage, etc.


AM : Lorsque vous travaillez la nuit, faites-vous appel à de l’éclairage sophistiqué ou bien de simples ampoules suffisent ?

 

F.G.P.

Il est très important de définir la source de l’éclairage car de son bon fonctionnement dépendent les contours du volume et bien sûr, la sensation qu’on désire donner, c'est à dire la 3D.

 

AM : Aujourd’hui, on peut considérer que l’image virtuelle est plus « vraie » que la réalité. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

F.G.P.

Vous parlez là de l'image réaliste, celle qui découle de l'observation permanente des effets optiques produits par la lumière sur notre environnement. L'image réaliste nous permet de maîtriser la lumière naturelle dans la perspective en situant dans l'espace les formes, les distances les heures, etc. Dans l'image illustratrice, nous devons mettre en pratique les composantes de l'image réaliste notamment grâce à l'observation. On apprend à nos étudiants d’avoir la maîtrise de la lumière en fonction de son utilisation, donc de bien regarder autour d’eux.

 

AM : Vous êtes passé de l’illustration au cinéma. Deux métiers qui font appel à la même exigence concernant la lumière. Pouvez-vous nous dire si la composition d’une scène de film ou celle sur une planche à illustrer, c’est le même travail ?

 

F.G.P.

Grâce à toutes ces considérations, j'ai pu évoluer dans le monde de l'illustration pendant une trentaine d'années. J’ai réalisé un peu plus de 2.500 images sur des sujets divers et pour différents clients. Depuis toujours, c’est la gestion de la lumière qui a été pour moi la permanence. A chaque fois que je dois aborder la composition, la couleur, je recherche avant tout comment procurer de l'émotion. A mon avis, la photo, le cinéma, l’illustration ont toujours comme choix majeur la lumière. C’est grâce à elle que se dégagera l'ambiance qui fera du spectateur un acteur.


 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.