Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

L‘AMIB organise un débat sous le signe de la communication
Lundi, 03 Juillet 2006 14:51
    


À l’initiative de l’Association Marocaine de l’Industrie du Béton, les professionnels de l’industrie du béton ont été réunis le 30 mai 2006 pour débattre des problèmes et préoccupations de leur industrie. La rencontre a été l’occasion d’établir des liens de communication entre les différents intervenants dans ce secteur. « La place du béton dans la chaîne du bâti » est le thème de cette rencontre organisée le 30 mai à la salle de conférences de l’OFPPT à Aïn Borja à Casablanca. Le premier rendez-vous de l’AMIB s’est voulu un espace de réflexion entre fabricants du béton, prescripteurs, immobiliers, architectes et pouvoirs publics dans la personne de M. David Toledano président de la Fédération de l’Industrie des Matériaux de Construction (FMC), M. Abdellah Nejjar, directeur de la Normalisation et de la Promotion de la Qualité (SNIMA) et Ali Guerida, directeur technique de l’Habitat (DTH /MUH). Lors de cette mi-journée, les participants ont soulevé plusieurs problèmes relatifs à leur industrie. « La réflexion d’aujourd’hui se tient à un moment où le Maroc est en grands chantiers. Nous voulons faire de nos entreprises des entreprises organisées, concurrentes et fortement présentes sur le marché. Mais, cette réflexion doit être suivie d’actes de présence et de consolidation. » a affirmé M. Toledano. En effet, devant les difficultés que connaît le secteur du béton notamment l’absence d’organisation et de qualité, le manque des compétences humaines qualifiées, la formation et la prépondérance de l’informel, les entreprises doivent se réunir pour concentrer leurs efforts et travailler d’une manière collective : « L’un des buts de notre rencontre aujourd’hui est de répondre à la question : comment peut-on travailler ensemble ? Quelle est la formule qu’on doit adopter ? » a déclaré M. Charaf. Lors de son intervention M. Guerida a décrit le secteur au Maroc en disant : « Notre pays a toujours adopté une politique de construction, mais nous ne posons pas des questions sur l’acte de construire : on construit quoi, pour qui et comment ? Aujourd’hui, nous nous retrouvons devant une urbanisation anormale, des constructions anarchiques, un déficit de logements et le problème des bidonvilles. ». Face à cette anarchie et à cette désorganisation totale, l’Etat a placé tout le secteur de l’habitat et de la construction au haut niveau de ces préoccupations. Actuellement, on assiste à une dynamique sans précédent dans le secteur : la guerre a été déclarée aux bidonvilles et tout a été mis en œuvre pour industrialiser le secteur. « Un plan d’action est en phase de réalisation. Il comprend la mise en place d’un centre national de recherche et d’études techniques, d’un observatoire et d’un comité national de la recherche technique du secteur. Mais les problèmes du secteur ne sont pas l’apanage seulement du gouvernement, c’est tous les professionnels du secteur qui y sont impliqués. » a-t-il ajouté. Par ailleurs, la sécurité dans le travail, la normalisation et la certification qualité ont été également soulevées lors de ce débat auquel plus de 50 professionnels ont participé. Pour ce qui est de la certification et la normalisation, les avis se sont divergés entre l’administration et les entreprises. Selon M. Nejjar, la normalisation est l’affaire du privé et l’Etat a le rôle d’encadreur et d’assureur d’objectivité des procédures. « Le Maroc avait compris qu’il avait intérêt à mettre en œuvre des normes puis les appliquer. Les normes permettent aux professionnels d’atteindre les performances auxquelles ils aspirent. Actuellement, on compte presque 1200 normes marocaines qui touche le BTP (26.000 normes en France) seule une dizaine est utilisée. On peut atteindre 10.000 en 2010 mais pour ce cela il faut que les opérateurs privés interviennent et actualisent les normes existantes. » a expliqué M. Nejjar. Tandis que certains entrepreneurs ont suggéré la promulgation d’une loi ou d’un décret pour imposer le respect des normes et de la qualité. Quelques soient les divergences de points de vue, le premier rendez-vous de l’AMIB a constitué une occasion d’ouvrir le débat et d’établir un canal de communication entre le différents intervenants dans le secteur du béton. Surtout que le manque de communication est l’un des obstacles devant le développement du secteur. A la fin de cette rencontre, les participants sont sortis avec les conclusions suivantes : le développement de l’industrie ne peut se faire sans un travail collectif et bien organisé, la nécessité de préparer le marché par le changement des mentalités pour accueillir pour la culture de la normalisation et développer le critère du management de la qualité. Et, enfin, l’association professionnelle est le meilleur véhicule pour réaliser ces deux objectifs et le meilleur lien entre les entrepreneurs et l’administration. Profitant de la réunion de l’ensemble des professionnels de l’acte du bâti, M. Hassan Hassad, directeur de l’Institut du Bâtiment à l’OFPPT a invité les entreprises à venir voir un peu ce qui se passe au niveau de l’information des futurs techniciens spécialisés. Et de communiquer et intervenir auprès d’eux pour les préparer plus à assumer les responsabilités qui les attendent et être en mesure de l’essor du secteur de l’habitat au Maroc.
 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.