Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Architecture métallique : l‘option salvatrice des architectes et des ingénieurs PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 24 Mai 2016 14:54

 

 

Tout le monde a suivi le colloque sur l’architecture métallique organisé par la FIMME en juin 2015 à Casablanca. Le gotha de la filière était présent à cette rencontre qui devait initier un regain d’intérêt pour ce métal qui n’a pas encore dit son dernier mot. Cette filière est malade par le manque de vision stratégique et la persistance d’une pratique économique désuète issue d’un autre temps : celui des comptoirs. Cette mentalité a du mal à se dissoudre et se repositionner dans la nouvelle donne économique et industrielle. Mondialisation oblige.


Le protectorat français à vu naître de nombreuses sociétés dénommées à juste titre « comptoirs ». Comptoir des mines, comptoir des boulons, comptoirs des aciers, comptoir métallurgique… qui voulaient que le client se déplace luimême pour acheter le produit dont il avait besoin. Lequel besoin était créé, sans qu’ils en soient les acteurs, par les conditions du marché et celui de la prescription. Le négociant, industriel ou commerçant n’ayant pas besoin d’agir sur cette demande.
Avec les avancées technologiques, cette époque est révolue. La multiplicité des acteurs a rendu la concurrence plus exacerbée et les produits de substitutions ont fait florès sur le marché. Les tuyaux en acier galvanisé sont remplacés par des tubes en « plastique » plus faciles à mettre en oeuvre, meilleurs pour la santé et parfois moins chers. Les charpentes en bois lamellé collé, esthétiques et écologiques, ont pris le pas sur les charpentes métalliques et les bétons à très hautes performances, comme le GRC ou le Ductal, ont permis avec de faibles sections, des prouesses architecturales que seul l’acier pouvait satisfaire.


Pourtant l’intérêt des architectes et des ingénieurs pour la construction métallique ne s’est jamais éteint et les écoles marocaines ne sont pas restées en reste. Des modules et des mastères ont été mis en place pour intéresser les futurs lauréats à ce mode de construction. Encore récemment, l’Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) prépare pour le 1er juin 2016 un évènement sur l’architecture métallique.
Pendant ce temps, les opérateurs de la filière continuent d’espérer, derrière leurs comptoirs, une hypothétique reprise tout en constatant le tarissement de la demande. Or, plus que jamais, à l’aune du fulgurant développement économique du Maroc, on voit surgir sur tout le territoire national, des infrastructures routières et aéroportuaires, des immeubles de grande hauteur (IGH), des zones industrielles, qui sont autant de projets ou l’acier règne en maître.


Le cas de Maghreb Steel, mais de bien d’autres sociétés de moindre envergure, qui attend qu’on vienne acheter sa tôle laminée au prix qui couvrirait l’effort d’investissement, est édifiant et symptomatique de cette mentalité de comptoir. Or, avec un effort de communication soutenu et cohérent, de nombreux projets de grande envergure à composante acier pourraient voir le jour. En agissant ainsi sur la demande, toute la filière profiterait de cet appel d’air salvateur seul à même de pouvoir pérenniser les lourds investissements consentis.
Le constat amer que nous faisons à ce jour est que les quelques efforts des opérateurs sont dispersés et les énergies dépensées plus pour rééchelonner les dettes bancaires que pour développer et mettre en place les mesures nécessaires pour créer un véritable marché de la construction métallique. Or, si les moyens sont mis en oeuvre, les architectes et ingénieurs marocains dont les compétences sont unanimement reconnues, sont déjà postés au premier plan pour sauver la filière. Avec leur forte présence en Afrique, l’export suivra.


Fouad Akalay

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.