Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

L’hôtel urbain, une histoire de temps

PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 24 Avril 2014 11:05

 

 

L’hôtel urbain, dans sa forme actuelle, n’est certainement pas un phénomène nouveau.
En Europe, les auberges dont le mot est dérivé du verbe catalan « albergar » « héberger », ont permis pendant des siècles aux voyageurs de sillonner le continent.

Encore récemment les saloons américains, ces bâtisses occupées par les cowboys, ont bercé notre imagination. Ils représentent bien ce que le développement d’une ville doit à ce lieu qui fait office de restaurant, de salle jeu, de réunions d’affaires, de bordel etc.
Au Maroc, à l’intérieur des médinas, nous trouvons encore des fondouks, ces grandes constructions carrées bâties autour d’une grande cour. Ils permettaient aux voyageurs et marchands de dormir tout en entreposant leurs marchandises et leurs montures en lieu sûr.

A ce jour, toutes les villes ont besoin de ces lieux de haltes pour étrangers de passage. Le Grand hôtel Villa de France, construit au milieu du 19e siècle, est certainement le plus emblématique du pays. Situé à Tanger, porte du Maroc par excellence, il domine la ville par sa position sur la butte du Grand Socco. Diplomates, escrocs, marchands, artistes…faisaient halte dans ce lieu mythique chargé d’histoire et d’émotions. Eugène Delacroix et Henri Matisse y peignirent leurs plus beaux tableaux. A Casablanca, l’hôtel Excelsior fût le témoin de la frénésie immobilière et spéculative de la ville. Quant au Balima de Rabat, il a vu séjourner dans ces chambres des personnages mythiques comme Joséphine Baker, Jean Marais, Ernesto « Che » Guevara Mohammed Khaïr-Eddine, Charles Trenet…autant de traces indélébiles de son passé glorieux.

Aujourd’hui encore, cette magie du temps est possible. Petits et grands hôtels urbains peuvent jouer leur rôle. Comme le Barcélo de Fès qui s’est rapidement imposé en tant que véritable repère urbain, ou encore l’Impérial de Casa qui préserve la mémoire de son grand architecte Marius Boyer.
Laissons le temps fabriquer leur histoire.

 


Fouad Akalay

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.